La maison écologique et éco-responsable

La maison écologique et eco-responsable, suite logique aux accords de Kyoto et aux différentes règlementations thermique et environnemental, nous permet de voir les résultats de cette conscience progressivement collective qui a pour but de préserver notre environnement. Même si rien n’est encore fait, avec la RE2020 s’approchant à grand pas, nous sommes à l’aube d’une maison positive (BEPOS), produisant plus d’énergie qu’elle n’en consomme.

La qualité environnementale des bâtiments ?

Née dans les années 1990, la démarche de qualité environnementale des bâtiments est l’une des contributions aux objectifs de développement durable.

Le principe de la qualité environnementale des bâtiments (QEB), née en 1990, est de maîtriser les impacts de l’ouvrage sur l’environnement extérieur et de créer un environnement intérieur sain et confortable. Cela permet entre autre de réduire les émissions de gaz à effet de serre dès la conception.

Voici quelques cibles de la QEB tiré du HQE (Haute Qualité Environnementale) :

L’inertie thermique : c’est la capacité d’accumuler de la chaleur en hiver et de la fraîcheur en été et de les restituer lentement.  Ainsi les apports gratuits liés à l’ensoleillement sont valorisés.

L’isolation acoustique : permet de bien s’isoler des bruits extérieurs et intérieurs grâce à des systèmes constructifs appropriés. L’isolation des murs et des cloisons répond en effet à une loi physique dite « loi de masse » qui démontre que plus une paroi est dense, plus elle freine le bruit.

Sa longévité et sa robustesse : plus un matériau est lourd et solide plus l’énergie grise nécessaire à la construction sera amortie sur une longue période.

Son caractère sain et recyclable : le but étant de choisir des matériaux recyclable, naturel et qui ne rejettent pas d’éléments nocifs.

Sa tenue au feu : les risques liés aux incendies ne sont pas négligé avec la maison écologique.

Un matériau de proximité : les composants sont  idéalement produits et extraits localement ce qui permet de limiter le transport et donc les émissions de CO2

Les émissions de gaz à effet de serre ?

L’énergie que nous consommons pour chauffer nos maisons est l’une des principales causes de rejet des gaz à effet de serre (GES) dans l’atmosphère.

En France, la consommation dans le résidentiel diminue progressivement grâce aux réglementations thermique  de plus en plus stricte mais tout le parc immobilier existant, lui, est toujours aussi énergivore. Il faudra donc encore quelques années afin de voir les effets réel sur les consommations et donc sur les émissions de GES.

Il est important de réaliser que pour une maison de taille moyenne on peut passer à l’aide d’une bonne isolation de 19 tonnes d’émission de CO2 à 5 tonnes par an. Chacun peu donc s’investir à son échelle.

La maîtrise de l’impact du bâtiment sur l’environnement extérieur ?

Deux principes composent la démarche :

ECO- construction :

  •  relation harmonieuse des bâtiments avec leur environnement immédiat ;
  •  choix intégré des procédés et produits de construction (dont l’isolation) ;
  •  chantier à faible nuisance.

ECO- gestion :

  •  l’énergie (réduction des besoins de chauffage, réduction des gaz à effet de serre) ;
  •  gestion de l’eau (réduction des consommations, limitation des fuites) ;
  •  gestion des déchets d’activité (tri des déchets, ramassage, organisation…) ;
  •  maintenance environnementale de tout le bâtiment (les parois, les peintures, les fenêtres…).

Comment créer un environnement intérieur sain et confortable ?

Il faut agir aux différents niveaux de confort :

  • confort hygrothermique (température, humidité, ventilation) ;
  • confort acoustique (isolation, absorption et isolement par rapport aux bruits extérieurs) ;
  • confort visuel (luminosité sans éblouissement) ;
  • confort olfactif (éviter les mauvaises odeurs).

Et assurer les conditions garantissant la santé des occupants :

  • conditions sanitaires des espaces (nettoyables, propres, etc.) ;
  • qualité sanitaire de l’air (réduction des pollutions…) ;
  • qualité sanitaire de l’eau (potabilité de l’eau).

Le rôle de l’isolation

Dans la démarche de qualité environnementale, l’isolation intervient au niveau du choix des produits de construction, de l’impact sur la consommation d’énergie et des conditions de confort et de qualité de l’air.
En particulier :

  • en hiver, l’isolation permet de réduire la consommation d’énergie et les émissions de CO2 , en empêchant la chaleur de s’échapper de l’intérieur de la maison vers l’extérieur.
  • en été, l’isolation thermique permet d’améliorer le confort en contribuant au maintien d’une température intérieure en limitant le recours à la climatisation, forte consommatrice d’énergie.

Conclusion

Afin de s’assurer d’une maison écologique et éco-responsable :

  • Réduire sa consommation (chauffage, climatisation)
  • Limiter sa consommation d’eau et d’énergie
  • Acheter des appareils électroménagers peu énergivore
  • Une bonne isolation (murs, fenêtres, toiture …) avec de bon matériaux
  • Une bonne étanchéité à l’air
  • Trier les déchets
  • Régulateur de débit d’eau
  • Récupérateur d’eau de pluie
  • Installer des énergies renouvelable (EnR) ou souscrire à un forfait spécialisé dans les EnR

S’assurer d’avoir un bon logement est une attitude responsable à l’égard de l’environnement, des objectifs que c’est fixé la France pour 2050 et de soi-même.